gco non merci

GCO: Emmanuelle Cosse soutient les opposants au projet

gco non merci

GCO non merci !

Emmanuelle Cosse, la secrétaire nationale de EELV (Europe Écologie-Les Verts), a apporté son soutien aux opposants du projet du GCO ce jeudi, en Alsace. Elle dénonce « l’absurdité écologique et économique » du projet de contournement autoroutier de Strasbourg, tout aussi « inutile » que le projet de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Une inutilité commune aux deux projets

Ces deux projets, tant le futur aéroport nantais et le GCO de Strasbourg, ont une chose importante en commun: leur inutilité. Ou plutôt « ont en commun de ne pas montrer leur utilité » selon Emmanuelle Cosse, venue en Alsace pour rencontrer les opposants au projet du GCO qui avaient construit une cabane dans un des champs qui figure sur le futur tracé autoroutier.

La meneuse des Verts s’est même emportée en lançant un « C’est quoi cette manière de vouloir imposer des projets comme ça, uniquement pour le plaisir du béton ? », indignée par ce projet et qui pour elle, « la réponse aux bouchons, ce n’est pas de construire plus de routes ». Pour rappel, le projet, né dans les années 70 mais abandonné plusieurs fois avant d’être relancé en 1990, a pour objectif de détourner le trafic de l’actuelle A35 qui est très souvent bouchée et qui dessert Strasbourg.

Un projet aux conséquences désastreuses pour l’environnement

Après une épopée pleine de multiples rebondissements, le gouvernement a concédé au groupe Vinci la construction de ce tronçon de 24 kilomètres. Tronçon qui sera payant à contrario de la majorité des autoroutes alsaciennes. Tandis que les partisans du GCO (dont Roland Ries) affirment que sa mise en place permettra de faire baisser le trafic et la pollution autour de Strasbourg, ses opposants sont au contraire totalement septiques et mettent en doute sa véritable utilité, tout en soulignant le coût élevé et les conséquences désastreuses pour l’environnement.

La faune et la flore locale, comme le Cricetus, ce petit hamster alsacien, subiraient directement les conséquences d’un tel projet, le tracé du futur axe autoroutier passant en plein milieu des champs et des lieux d’habitat des animaux d’Alsace. Un coup dur pour les amoureux de la Nature et les agriculteurs.